Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Attention, musique !

 

Mes chers lecteurs bonjour. Je vais aujourd’hui vous raconter une histoire. Lorsque je suis arrivée à Montpellier et que j’ai commencé à prospecter, on m’a rapidement conseillé d’adhérer au Club de la Presse pour développer mes contacts. Ne connaissant pas cette association, je ne pensais pas y avoir ma place étant dans la communication. Mais en me renseignant, j’ai découvert que ce club accueillait aussi les communiquants. Alors j’ai adhéré et j’ai pu participer ainsi à des rencontres enrichissantes. Et surtout, j’ai réalisé qu’il y avait autant si ce n’est plus de communiquants que de journalistes. Bien entendu, nous ne faisons pas les mêmes métiers mais j’ai toujours été persuadée que nous nous rejoignons sur bien des points. Et j’ai toujours respecté les valeurs du monde du journalisme. Par conséquent, je pensais avoir ma place au sein de ce club. Jusqu’à une soirée qui s’est déroulée il y a peu de temps. Là, je me suis pris une grosse claque... Pourtant, j’avais beaucoup apprécié les éditions précédentes.
 

 

Lors de cette soirée, divers prix sont remis à des professionnels. Une marraine et différents intervenants animent ces moments. Premier choc : une journaliste qui défend son métier (jusque là, j’applaudis des 2 mains) mais qui termine en disant qu’elle ne doit pas se laisser réduire à être une simple communiquante. Deuxième choc : un autre professionnel de la presse qui après avoir reçu son prix, insiste sur le fait qu’il ne faut pas mélanger information et communication. J’ai pensé un instant que ces 2 personnes ne savaient pas que ce club était aussi celui des communiquants. Mais c’est impossible, ils sont journalistes, ils se sont forcément intéressés au sujet ! Donc en résumé, nous professionnels de la communication, nous sommes fait descendre en public lors d’une soirée plutôt médiatisée. J’ai synthétisé les propos de ces personnes mais ils signifiaient bien que la communication était une sous-activité et que l’information avait une portée plus noble. Il n’y a aucune interprétation de ma part et ce que j’ai ressenti est partagé par d’autres qui ont assisté à cette soirée (je vous invite à lire d'ailleurs l'excellent article de Delphine Sauret). Je m’efforce d’être... objective et de vous livrer une... information vérifiée... 
 

 

La différence majeure entre nous ?

 

 

Vous avez compris que j’étais choquée et en colère. Non, mesdames et messieurs les journalistes, nous ne faisons pas les mêmes métiers. Mais les nôtres sont aussi nobles que les vôtres. Avez-vous déjà entendu un professionnel de la communication dénigrer ainsi votre profession ? Réalisez-vous le sens de vos mots, vous qui les maitrisez autant si ce n’est plus que moi ? Nous n’avons jamais prétendu empiéter sur votre territoire ni faire de vous des communiquants. Alors pourquoi cette réaction de votre part ? Pourquoi un Club de la Presse et de la Communication nous accueille t’il si c’est pour laisser dire de telles choses ? Ne doit-il pas nous représenter autant qu’il représente les journalistes ? Il parait que l’on n’attaque que ceux qui nous font peur. Vous ferions-nous peur mesdames et messieurs les journalistes ? Que craignez-vous ? Que la communication prenne le pas sur l’information ? Que vous perdiez le contrôle ? Si ce n’est que cela, faites comme nous, adaptez-vous à l’évolution des métiers. Mais peut être est-ce trop dégradant pour vous de suivre l’exemple des communiquants ? 
 

 

Si notre présence vous dérange, dites le une bonne fois pour toutes. Notre métier, c’est les idées. Et nous n’en manquerons pas pour inventer une nouvelle façon d’être ensemble. Vous ne voulez pas mélanger les torchons et les serviettes ? Soit, sachez que nous non plus. Mais sachez aussi que toute organisation qui se referme sur elle même signe sa perte. Au delà des considérations que vous mettez en avant pour nous opposer, la différence majeure entre nous est peut être bien la suivante : en communication, on apprend et on cultive l’ouverture d’esprit pour faire passer un message. On fait abstraction de nos a priori, de nos préjugés pour mieux communiquer. Je suis fière d’être une professionnelle de la communication et je le revendique haut et fort. Je finirai tout simplement par une définition qui je l’espère vous donnera matière à réflexion.

 


Communiquer : transmettre quelque chose... mettre en relation... échanger, donner et recevoir...

 

Tag(s) : #Le métier de Conceptrice Rédactrice

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :