Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par C'est au carré Conception Rédaction

Barcelone 1992 - 2016

Décembre 1992, me voici arrivée à Barcelone pour un stage de licence qui allait durer un mois. Mon niveau d’espagnol était moyen. J’allais travailler dans un bureau, répondre au téléphone, ranger les archives etc. Et je logeais chez une vieille dame dont la vie s’était figée à l’époque du franquisme. Je ne connaissais rien de la ville. Je ne savais pas qui était Gaudi. J’allais me perdre dans les avenues, les rues et les ramblas. Mais je tombais sous le charme. Et je me promettais de revenir à Barcelone... Plus tard. J’y suis revenue il y a seulement quelques années en famille.

 

Mais là, j’y suis retournée et je n’étais pas seule, nous étions plus de 100. C’était le week-end d’intégration des étudiants de troisième et quatrième années de l’Iscom. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, je suis loin de les connaitre tous ! J’interviens depuis l’an dernier et je les ai vraiment découverts durant ces 2 jours. Petit résumé du voyage et de l’organisation : nous sommes partis samedi au petit matin, répartis dans deux bus avec quatre autres intervenants et la directrice. Une fois arrivés à Barcelone, nous sommes allés déjeuner puis direction l’auberge de jeunesse pour installer tout ce petit monde. On s’est retrouvé le soir pour dîner : plus de 100 personnes à table, c’est bruyant mais c’est surtout vivant !

 

C’est là que j’ai mieux compris qui ils étaient : ils forment une grande famille, ils sont attachés à leur école et à leur directrice et ils lui ont exprimé d’une jolie façon. A mes yeux, ils ne sont plus des étudiants, ils sont de véritables professionnels en devenir. J’adore discuter avec eux et voir cette petite étincelle éclairer leur regard quand ils me parlent de leur stage ou de l’entreprise dans laquelle ils aimeraient aller. J’ai beaucoup apprécié aussi échanger avec mes collègues et notre directrice. Ce week-end d’intégration, c’est aussi une façon pour nous de mieux nous connaitre.

 

Alors dimanche, en déambulant dans les rues de Barcelone avant de remonter dans le bus, je me disais que j’avais de la chance d’intervenir dans cette école. C’est ma façon à moi de transmettre, de passer le flambeau à ceux qui vont venir après. Et je peux vous dire que je suis sereine, je sais qu’ils vont assurer ! 

Commenter cet article