Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par C'est au carré Conception Rédaction

En musique encore et toujours ! Et je tiens à remercier personnellement David Guetta et Rihanna, 2 de mes idoles, pour avoir spécialement composé cette chanson et soutenir ainsi le mouvement des poussins...
 

Bon, vous en avez entendu parler de ce mouvement ? Son objectif est de défendre les auto-entrepreneurs et surtout de s'opposer à la limitation du statut dans la durée. Alors, pour une fois, j'ai décidé de m'exprimer sur ce sujet de société. Je n'ai jamais signé de pétition (sauf, celle des poussins, c'est une première ! Cliquez ici pour y accéder). Je n'ai jamais manifesté ni revendiqué quoi que ce soit. Mais là, j'ai le devoir de défendre ce mouvement. Je suis un poussin depuis 3 ans. Et tout ce que je lis de la part des détracteurs de ce statut me surprend. C'est pourquoi je vais répondre à travers ces quelques lignes à leurs différents arguments.
 

1) Les auto-entrepreneurs représentent une concurrence déloyale vis-à-vis des autres entrepreneurs.
Point sensible ! Alors, il paraitrait que nous poussins, casserions les prix et par conséquent le marché. En résumé, on ferait du tort aux autres entrepreneurs. Alors je vais vous dire un secret : je vais vous parler de mes tarifs, chut... La première année où je me suis lancée, je n'ai vraiment pas gagné grand chose. Et j'en ai reçu des propositions pour rédiger des articles à 5 euros ! J'avais faim, faim de commencer à travailler, faim de gagner de l'argent. Et ces propositions, je les ai refusées. Parce que j'avais comme références, les tarifs de mes consoeurs et je m'étais fait un point d'honneur à les respecter.
 

2) Les auto-entrepreneurs ont un chiffre d'affaires trop faible, ils ne rapportent donc pas assez et sont une charge pour les autres entrepreneurs.
Bien sûr, et c'est pour cette raison qu'il faudrait leur couper les ailes ? Il est certain que la première année, ce n'est pas glorieux. Mais je vais vous dire encore un secret : j'ai terminé ma troisième année, je suis dans la quatrième, je sais déjà que je vais frôler le plafond... Je vous laisse faire le calcul ? Et si mon chiffre d'affaires est en constante progression, le montant de mes charges aussi, donc je ne pense pas coûter quoi que ce soit à qui que ce soit. Il m'a fallu 3 ans pour y arriver et rien n'est encore joué...
 

3) Les auto-entrepreneurs manquent d'ambition.
Alors comme ça, si on veut rester sous ce statut, c'est parce qu'on a peur d'après vous ? Je dis STOP tout de suite, de l'ambition, j'en ai à revendre ! Il en fallait, vous ne croyez pas, pour revenir dans une région où je ne connaissais plus rien ni personne et me lancer dans une activité très peu développée ? De l'ambition, j'en ai eu pour répondre à des appels d'offres... Et les décrocher. Et grâce à ces succès, de l'ambition, j'en aurai encore plus demain, comptez sur moi. Vous allez me répondre "et bien, crée ta société !" et moi je vous rétorquerai "pour quoi faire ?" Pour avoir mon nom en haut de l'affiche comme disait Charles ? Non, ce n'est pas ça mon ambition, mon ambition, c'est de continuer à faire mon métier, de continuer à en vivre. Et non pas de passer mes journées la tête dans la paperasse, à m'inquiéter de tout ce que j'aurai à payer l'an prochain. Allez, on est dans les confidences, alors encore un petit secret : mes parents ont été artisans toute leur vie. Des années fastueuses et d'autres moins, l'esprit d'entreprendre, c'est un peu dans les gènes dans ma famille. Et bien, ils m'ont toujours dit "tant que tu peux, conserve ce statut, ne fais pas comme nous". J'y peux rien, j'ai été bien élevée, j'obéis toujours à mes parents... Tiens, en parlant d'eux, ça me fait penser à autre chose...

 

71420_496154407105508_2121188637_n.jpg
 

4) Les auto-entrepreneurs, un statut précaire, un avenir incertain.
Vous voyez de quoi je veux parler ? La retraite bien sûr ! "Tu te rends compte, avec ce statut, t'auras rien à la retraite !". Chers amis salariés, indépendants, etc, vous tous qui avez maximum 40, 45 ans, ne croyez-vous pas que d'ici que l'on atteigne l'âge de 65 ans, le système des retraites aura changé plus d'une fois ? Avez-vous oublié que ce que vous donnez aujourd'hui, ce n'est pas pour votre retraite mais pour celle de la génération précédente ? Je vous parle là tout simplement de logique. Alors franchement, la retraite, je n'y pense pas. Non pas par insouciance mais parce que je suis persuadée que d'ici là, la donne aura changé. Quant à l'idée que ce statut favoriserait une certaine précarité, s'il vous plait, ne vous arrêtez pas à quelques cas marginaux de salariés qui se sont sentis obligés de devenir auto-entrepreneurs pour conserver leur emploi...
 

5) Les auto-entrepreneurs, 2 ans leur suffisent pour tester leur projet.
Que d'assurance dans ces quelques mots. J'ai plus d'un ami en profession libérale à qui il a fallu 3, 4 voire 5 ans avant de sécuriser leur activité. On ne monte plus une boîte à succès en un an comme à une époque, ces temps-là sont révolus ! Relisez plus haut, point numéro 2, vous verrez. C'est pourquoi je ne comprends vraiment pas le projet : ceux pour qui c'est une activité complémentaire ne seraient pas limités dans le temps. Mais ceux pour qui c'est l'activité principale le seraient ? C'est contradictoire non ? Ceux dont c'est l'activité principale se démènent pour se développer, accroitre leur chiffre d'affaires et par conséquent payer plus de charges !
 

Pour résumer, je pense qu'il ne faut pas s'arrêter aux stéréotypes auxquels on veut vous faire croire, j'espère que cet article vous aura conduits à porter un autre regard sur les auto-entrepreneurs. Et pour terminer, je souhaite citer l'excellent article de Denis Gentile "Les auto-entrepreneurs en danger, 5 idées pour le comprendre", comme lui, je suis persuadée que ce statut symbolise l'avenir, il ne faut pas le stigmatiser mais l'observer et l'analyser. Et surtout, inviter les autres entrepreneurs à se rassembler avec nous car c'est peut être leur statut à eux qu'il faudrait rapprocher du nôtre... Tout simplement parce que le statut d'auto-entrepreneur permet de se lancer plus librement, de se développer plus librement et surtout de faire son métier plus librement. Je vais vous confier un dernier secret : je vous ai beaucoup parlé de moi mais je ne suis qu'un poussin parmi un million d'autres... N'allez pas croire que je suis l'exception qui confirme la règle, des poussins qui se sont battus et qui réussissent, il y en a toute une basse-cour. Et si vous avez d'autres arguments à mettre en avant et que j'aurais oubliés, exprimez-vous en commentaire et je vous répondrai !
 

Terminons en musique (et je ne résiste pas à l'envie de parodier David Guetta et Rihanna !)
"Baby, I just wanna do my job,
I don't really care...
Who's that chick ?
That's me baby and the one million others !"
 

Les poussins sont sur Facebook : Défensepoussins
Sur Twitter : Défensepoussins
Nom de code #pioupiou 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Valérie Thuillier 07/05/2013 08:41

Très chouette article Cécile, super complet et agréable à lire. Beaucoup se reconnaitront dans ton rôle d'entrepreneur ! je partage illico !
Valérie

C'est au carré Conception Rédaction 07/05/2013 09:04



Bonjour et merci Valérie, c'est grâce à la mobilisation de personnes comme toi que le mouvement sera entendu !



Sophie Trinquand 07/05/2013 07:02

Avant tout, pour ceux qui ne connaissent pas bien, le statut d'auto-entrepreneur, sachez que nous payons des charges (pour moi la barre la plus haute, 25% du CA, en tant que prestataire de service)
et que nous payons des impôts. Ce n'est pas nouveau ! C'est ainsi depuis la création du statut en 2008. La CFE est éxigible après 3 ans d'éxistence, même quand on travail à domicile, sur la base
d'une estimation ( !!!) de location d'un local professionnel !!!!!!!
Le principal avantage de l'auto-entreprenariat est de pouvoir payer ses charges au prorata de son CA! Est ce donc de ça dont les autres entrepreneurs auraient peur ?
Dans beaucoup d'autres pays, les charges sont au prorata, ou avec des systèmes de plafond. Il n'y a qu'en France, où on se fait plomber, dès le premier jour d'activité, chiffre d'affaire ou
non.
Mais en dehors de l'aspect financier, les auto-entrepreneurs se sont appropriés un statut, qui leur permet de multiples options. Passage-test, moyen de démarrer avant de booster, ou rester
auto-entrepreneur. Pour certains, ce n'est qu'une phase transitoire, pour d'autres, un revenu complémentaire, et pour moi, une forme de liberté aussi. Mais tous avons un point commun: ne plus être
salarié, s'assumer et rester citoyen la tête haute en étant acteur de la vie économique.
Donc, vu sous cet angle, QUI, mais vraiment qui, peut se permettre de dire que les auto-entrepreneurs, manquent d'ambition, ne sont pas de vrais entrepreneurs, ou sont des boulets pour la société ?
Est ce de la mauvaise foi de l'écrire ? Je me considère plus comme un artisan, qu'un entrepreneur, puisque certains font le distinguo. C'est vrai que je ne cherche pas à crever les plafonds de CA,
que je ne serai jamais coté en bourse, et que je ne revendrai pas mon entreprise. Et alors ?
En quoi ça gène, et qui ? Chaque auto-entrepreneur vit son auto-entreprise comme il le désire. C'est un choix !
Quant à la formation, il est vrai que aucun diplôme n'est demandé. Mais l'expérience, c'est quoi ? et les autodidactes sont des merdes ? En France, on crève avec des "bardés de diplôme" qui nous
fichent dans la panade....
Réduire la durée de l'auto-entreprenariat, ce serait jeter des milliers de personne à la rue: chômage et travail au noir; sans parler de sabrer le moral de ces gens qui se sont découvert des talent
d'autonomie et qui ont cru à leur indépendance.

C'est au carré Conception Rédaction 07/05/2013 09:07



Hello Sophie, et merci pour ton commentaire qui résume parfaitement le ressenti de la plupart des auto-entrepreneurs. Effectivement, nous nous sommes appropriés ce statut et en avons fait quelque
chose de nouveau. Notre atout, c'est notre expérience qui nous permet de créer une nouvelle façon de vivre l'entreprenariat.



Cécile Courtais 06/05/2013 21:13

Morgane, Denis, bonsoir et merci pour vos commentaires ! Le débat s'est beaucoup tenu sur Facebook au fil des commentaires. C'est pourquoi je souhaitais le résumer ici sur le blog : c'est là que
tout a commencé, c'est là que ça doit continuer ! Donc, les points qui ressortent, c'est que l'on fait de la concurrence déloyale et surtout que notre statut n'est pas juste envers les autres
entrepreneurs qui eux paient plus de charges que nous. Je pense que vous pouvez trouver la réponse à cet argument dans l'article ainsi que dans celui que j'avais publié à une époque :
http://www.cestaucarre.fr/article-mon-statut-d-auto-entrepreneur-j-en-suis-fiere-et-je-veux-le-garder-110749733.html
Ensuite, les auto-entrepreneurs ne participeraient pas à l'effort collectif et ne seraient pas créateurs de richesse car ils n'ont pas de vision à long terme et ne voient pas plus loin que leur
intérêt immédiat. La création de richesse consistant à embaucher, former et se développer. Désolée mais je pense qu'il y a une autre vision de la création de richesse : je travaille avec des
agences et donc nous nous apportons mutuellement une valeur ajoutée, nous créons ensemble de nouvelles richesses : celles de nos collaborations.

Denis Gentile 06/05/2013 18:07

Cécile, parfait. Je rebondis juste sur l'intro. Je suis comme toi, je ne manifeste jamais et je n'ai jamais signé de pétition. Sauf celle-ci, il y aura bien une raison valable :)

morgane 06/05/2013 18:03

Bah voilà, super convaincant ! Tu as bien raison, j'ai moi-même évolué sur ce sujet. Après tout les AE n'embêtent personne, pourquoi les embêter ?
Merci Cécile :)