Publié par C'est au carré Conception Rédaction

Je viens de finir la biographie de Steve Jobs écrite par Walter Isaacson. Un livre sans concession qui décrit ce visionnaire tant dans ses projets professionnels que dans sa vie privée au travers d'une quarantaine d'interviews. L'impression que j'ai eue en refermant ce livre, c'est que Steve Jobs ne devait pas être facile à vivre autant en famille qu'aux bureaux de chez Apple. Il avait la capacité de "faire croire à n'importe qui à peu près n'importe quoi", ce que quelqu'un a appelé un jour "le champ de distorsion de la réalité". Il emmenait ainsi ses collaborateurs à se dépasser. Il pouvait vous fixer du regard sans ciller et c'est dans ses yeux que l'on lisait le futur qu'il imaginait.


Lorsqu'on lui présentait une piste de travail, il répondait, je cite : "c'est de la merde !". C'était sa façon à lui de dire : "tu peux faire mieux". Certes, certains acceptaient et se lançaient à corps perdu pour le satisfaire mais avec d'autres, cette attitude ne passait pas. Il avait aussi la force d'occulter tout ce qui pouvait le distraire de son objectif. Par conséquent, s'il travaillait sur un projet, il se désintéressait de sa femme et de ses enfants. C'est ainsi qu'il a ignoré sa maladie jusqu'à ce qu'elle le rattrape... C'était surtout un visionnaire. Car depuis le garage de ses parents au début des années 80 avec Steven Wosniak jusqu'à ce qu'il tire sa révérence, il ne concevait pas lui-même mais insufflait les idées aux autres et ces idées devenaient réalité.
 

Sur l'écran noir...
 

Sans lui, le monde dans lequel on vit aujourd'hui ne serait pas le même. Il serait beaucoup plus triste... Tout d'abord, on écrirait encore sur des écrans noirs. C'est lui qui a eu l'idée de rendre l'ordinateur plus convivial et surtout plus agréable à regarder avec un fond blanc. C'est aussi lui qui a eu l'idée de la souris. Vous ne vous en souvenez peut être pas mais avant, on utilisait les touches, les flèches... Son premier objectif était de simplifier encore et toujours pour que l'univers de l'informatique devienne accessible au plus grand nombre. C'est pour cela qu'il accordait beaucoup d'importance au design, aux interfaces graphiques. Chaque détail comptait, jusqu'à la forme des icones qui étaient d'abord à coins carrés et pour lesquelles Steve Jobs a exigé des coins arrondis pour un meilleur rendu.

 

Ensuite, ce fut le Mac, et la révolution dans le monde des ordinateurs, tous gris et monotones. La couleur, la transparence envahissaient l'horizon. Je ne vais pas vous résumer tout le livre mais je vous citerai encore quelques exemples. Avant Steve Jobs, télécharger de la musique, c'était compliqué. La facilité signée I Tunes, c'est lui. Avant Steve Jobs, vous n'osiez pas forcément rentrer dans une boutique où l'on vend des ordinateurs, ça avait un côté un peu obscur. Aujourd'hui, un Apple Store, c'est aussi agréable qu'une boutique de vêtements ! Avant, on se promenait avec un baladeur, j'ai connu ceux à cassettes ! C'était encombrant et si on bougeait trop, ça sautait, super pour faire son footing... L' I Pod a changé notre vie, et pas seulement celle des sportifs !
 

Même moi, j'y arrive !
 

Avant, on avait des téléphones qui pouvaient être énervants, on cherchait comment enregistrer un contact, envoyer un sms. Avec l'I Phone, tout est devenu intuitif. Même moi, j'arrive à utiliser un maximum de fonctionnalités, le tactile a révolutionné notre approche, je connais des enfants de 4 ans qui s'amusent avec le I Phone de papa ou maman sans qu'on leur ait jamais expliqué quoi que ce soit... Pour l'anecdote, le I Pad était dans les tiroirs de Apple avant le I Phone, Steve Jobs a décidé de mettre le I Phone en avant pour contrer la percée du Blackberry ! Et nous terminerons par le fameux I Pad. De nombreux collaborateurs de Steve Jobs lui disaient que le succès résidait dans le stylet. Mais il s'est toujours insurgé contre cette idée en expliquant qu'un simple geste devait suffire, que l'utilisateur devait avoir un contact direct avec l'outil.

 

Je pourrais continuer longtemps mais je m'arrêterai sur ces mots : il y a vraiment un avant et un après Steve Jobs.

 
steve-jobs-sa-biographie-se-vend-comme-des


Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog