Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par C'est au carré Conception Rédaction

plume.jpgCher Philippe, laissez-moi vous dédier cet article. J’aurais bien aimé vous le faire relire avant publication. Mais étant donné que ce n’est pas dans vos habitudes, j’ai pensé qu’il était plus judicieux de ma part de suivre votre exemple. Avant de commencer, rappelons les faits : il y a quelque temps, j’écrivais un article sur ce blog intitulé «Communication : mensonges et trahisons». J’abordais plusieurs sujets :
 

  • la manipulation mise en place par les journalistes pour donner une image négative des professionnels de la communication.
  • le manque de remise en question de ces mêmes journalistes face à la convergence de nos univers, et partant de ce constat, le dénigrement de nos métiers.
  • la contradiction des journalistes qui nous regardent de haut mais n’hésitent pas à venir démarcher nos potentiels clients, pratiquant ainsi le mélange des genres qu’ils dénoncent tant.

 

Cet article avait pour unique objectif de faire réagir. Je l’ai donc envoyé au Club de la Presse pour lequel vous travaillez cher Philippe. Et vous m’avez contactée pour échanger car vous souhaitiez faire un papier sur ce sujet. Ce ne fut d’ailleurs pas facile de se parler. Et longtemps, nous avons communiqué par sms interposés tant votre agenda était chargé. D’ailleurs, quand après moult tentatives, j’ai eu le plaisir d’entendre le son de votre voix, vous me paraissiez bien occupé, déconcentré peut être par la quantité de travail que vous aviez à traiter, les coups de fil à passer ? Sachez que je vous comprends cher Philippe. Et au risque de vous étonner, je vais vous faire une confidence : mes journées aussi sont bien remplies. Alors peut être, dans le tourbillon de votre salle de rédaction, n’avez-vous pas bien pu m’écouter ? Lors de notre conversation, nous avons abordé les 3 points cités plus haut. Nous avons aussi parlé des difficultés économiques que rencontre le journalisme aujourd’hui, des nouveaux médias, des blogs et des réseaux sociaux qui bouleversent la donne. Vous savez, je suis un peu maniaque, je note tout, alors je me souviens de chaque détail ! Je me suis intéressée à vous, à votre parcours. Nous avons passé près d’une heure au téléphone, ça laisse le temps de se découvrir. Mais j’ai surtout insisté sur ma volonté d’ouverture, mon envie de débat.

 

Journalisme : activité consistant à recueillir, vérifier ou commenter des faits pour les porter à l'attention du public dans les médias en respectant une même déontologie

 

Vous comprendrez donc cher Philippe, qu’après avoir lu votre bel article, je ne pouvais rester sans réagir ? Vous avez axé votre papier sur ces journalistes qui passent «de l’autre côté». Vous avez interrogé 3 anciens journalistes et 1 professionnelle de la communication (votre dévouée). Vous avez employé un vocabulaire chargé de sens «manque de déontologie, connivence, hypocrisie, faire des ménages, raisons alimentaires». Jamais vous n’avez déformé mes propos cher Philippe, et je vous en remercie. Mais quand je lis les quelques lignes que vous avez retenues de notre entretien, je me demande si vous avez pu prendre des notes car vous citez presque mot pour mot un extrait de mon article. Si je puis me permettre, j’ai le vague sentiment que vous avez soigneusement sélectionné dans nos échanges ce qui pouvait servir vos propos. Vous n’abordez que l’exemple de l’appel d’offres remporté par une agence de presse.

 

Je comprends tout à fait que vous souhaitiez aborder votre sujet sous un certain angle, que l’objectivité n’est plus d’actualité, que les temps ont changé, mais ne trouvez-vous pas dommage d’amputer ainsi le débat ? Je ne veux surtout pas y voir de votre part une volonté de manipulation, rassurez-moi ? Cependant, je vous avoue qu’après lecture de votre article, je me sens réduite à vos quelques lignes et cela ne reflète ni qui je suis ni ce que j’ai voulu exprimer. Quant à votre conclusion, dois-je y voir une note de provocation ? Je vous cite : «Ce sont souvent les (ex) journalistes qui sont préférés à leurs «concurrents» par les institutions, pour leur connaissance des acteurs régionaux et des codes de la profession. Et grâce aussi à leur absence de langue de bois, sans doute...» J’adore votre humour.

 

Cher Philippe, ne le prenez surtout pas mal, mais vous n’avez fait qu’effleurer les vraies questions. Hélas, en agissant ainsi, vous allez en conforter plus d’un dans ses convictions : la route sera longue et semée d’embuches avant que le journalisme ne réussisse à se réinventer. Et vous ne faites aussi que m’encourager à continuer à faire bouger les choses. Enfin, il est temps de se quitter cher Philippe. Vous qui appréciez les conclusions qui donnent à réfléchir, je vous laisse méditer sur ces derniers mots «Il existe 2 sortes de journalistes, ceux qui creusent pour découvrir la vérité, et ceux qui creusent pour l’enterrer».

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Abdelhamid 23/07/2014 11:48

Tu as commis un délit ? Car j'ai l'impression de lire un procureur quand je vois ce qu'écrit ce journaliste. Ou est l'analyse ?

Abdelhamid 23/07/2014 11:44

Alors ça c'est de l'article et de la réponse. J'apprécie l'analyse du journalisme. Très pertinent Cécile.

C'est au carré Conception Rédaction 28/07/2014 15:37



Merci Abdelhamid, affaire à suivre dès la rentrée de septembre !



Julie 22/07/2014 11:23

Je trouve que ce Monsieur utilise un vocabulaire très incisif, porteur de jugements, la ponctuation qu'il utilise veut se montrer également incisive, provocatrice.
Cet article attise le feu sans réellement apporter des faits constructifs pour une bonne entente des deux professions.

morgane 22/07/2014 10:46

Plume acérée au centre de la cible est arrivée

Respect

C'est au carré Conception Rédaction 22/07/2014 10:59



Merci Morgane !



Julie 22/07/2014 10:34

Peux-tu mettre le lien vers l'article de ce cher Monsieur ?

C'est au carré Conception Rédaction 22/07/2014 11:08



Hélas Julie, l'article n'est pas en ligne mais seulement dans NDLR. Voici des images mais je crains que ce soit difficilement lisible :